Oser LA RÉNOVATION EXTRÊME

« Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Proposer une « maison de ville » dans un quintuplex d’une artère passante demandait de l’audace. Le trio de jeunes entrepreneurs à l’origine du projet n’en manque pas. En quatre mois, l’équipe s’est attaquée à la rénovation complète de l’immeuble du quartier Rosemont pour le transformer en condos élégants, comprenant un rez-de-chaussée spacieux à plus de 1 million de dollars.

Sitôt la porte fermée, la clameur de l’avenue Christophe-Colomb s’apaise et la demeure se révèle lumineuse et élégante. L’immeuble des années 1920 était autrefois muni d’une enfilade de petites pièces. Il a été remis au goût du jour : l’espace est maintenant ouvert sur plus de la moitié de sa superficie et laisse passer un maximum de lumière, tandis que les murs et le plafond ont été insonorisés pour garantir la quiétude des occupants. Les planchers ont aussi été remis parfaitement au niveau et vêtus de chêne blond.

Quand on vise le haut de gamme, la lumière, le confort et la tranquillité sont des musts, explique Luc Latreille, l’un des fondateurs de l’entreprise de construction Dorem Leanor, qui est à l’origine de ce projet et de quelques autres dans les quartiers centraux de Montréal. « À 25 ans, j’ai réalisé que je n’aimais pas ce que je faisais », raconte l’ancien technologue en radio-oncologie, qui est retourné sur les bancs d’école pour être menuisier. Rapidement, il est devenu chef de chantier, puis s’est lancé à son compte.

« Notre hobby, c’était d’aller faire des visites libres la fin de semaine », raconte en riant sa conjointe Mylène Sarrazin, aussi formée en radio-oncologie, qui s’est graduellement impliquée dans les projets. Trois enfants plus tard, ils se sont rendus à l’évidence que leur emploi du temps était devenu trop chargé. Ils se sont alliés à Michael Courrier, ancien organisateur d’événements, lui aussi converti à l’immobilier.

Tous trois s’impliquent dans le design, mais l’un gère principalement le chantier et l’autre, les aspects administratifs, tandis que Mylène se concentre sur le choix des matériaux et le home staging. C’est cette complémentarité qui fait la force de leur groupe, affirme le trio, qui mise sur des aménagements contemporains et léchés.

« Au départ, on était dans le très moderne, mais on se concentre de plus en plus sur les détails chaleureux. On tente de garder le cachet, »

— Mylène Sarrazin

L’espace a été dépouillé des traces du passé, mais on y a réinjecté des moulures. Pour créer un effet plus enveloppant, on a aussi découpé l’aire ouverte en jouant avec les hauteurs du plafond ou les motifs au mur, comme c’est le cas au salon. Partout, des accents de laiton adoucissent le décor tandis que le contraste entre le noir et le blanc lui donnent du caractère.

« J’essaie de rendre chaque projet unique, précise l’entrepreneure, qui n’applique jamais la même recette d’un appartement à l’autre. Quatre cuisines différentes ont d’ailleurs été aménagées dans les condos des étages supérieurs. On essaie de se projeter dans l’immeuble comme si on y vivait. »

Cette « maison de ville » a d’ailleurs été conçue afin de pouvoir accueillir une famille. On a misé sur l’espace en creusant un sous-sol. Le logement compte actuellement trois grandes chambres, dont deux au rez-de-chaussée (une autre pourrait s’ajouter au besoin), de vastes espaces communs et une cave à vin.

6235 Christophe Colomb

« On n’a pas peur de faire éclater les barrières, autant pour les prix que pour le design. C’est rare de trouver un logement avec autant de pieds habitables, un espace de stationnement et une grande cour qui pourrait accueillir une piscine, même dans les unifamiliales, souligne Michael. On mise beaucoup sur ce quartier en effervescence. Et on croit en notre produit. »

La propriété en bref: https://yanicksarrazin.com/mes-proprietes/17533319/

Prix demandé 1 148 000 $
Année de construction 1924

Description

Unité sur deux niveaux de 8 pièces avec sous-sol de plus de 6 pi, vaste espace de vie, salon, salle à manger, cuisine avec îlot centrale – à aire ouverte –, 3 chambres à couchers avec walk-in, 3 salles de bains, cave à vin. Cour spacieuse avec stationnement.

Immeuble 30 x 49 pi
Terrain 3921 pi2

Courtier : Yanick E. Sarrazin, RE/MAX « 

La Presse+ , auteure Isabelle Morin 

Pastaga – Découverte de Rosemont

Le quartier de Rosemont renferme de nombreux trésors tel que le restaurant Pastaga situé au 6389 boulevard St-Laurent.

Il y avait longtemps que je désirais essayer ce restaurant aux critiques élogieuses. Ce n’était pas la première fois par contre que j’y mettais les pieds. Un an plus tôt, j’y arrêtais spontanément, mais faute de réservation, je n’y étais resté qu’une minute.

Cette fois-ci, j’avais une réservation question de ne pas me faire prendre! La première chose qui frappe en y entrant est certainement la disposition de la salle. Le Pastaga est plus qu’une simple invitation à dégustation culinaire puisque vous avez pratiquement accès à la cuisine du chef Martin Juneau qui fait partie intégrante du décor. L’ambiance tamisée est parfaite tant pour une soirée entre amis ou un repas un peu plus romantique. Dans l’idée de savourer plus d’un plat à la fois, les portions sont plus petites qu’un plat principal pour que vous en commandiez plusieurs. Il est suggéré d’en commander deux par personne. Le résultat, très gouteux grâce à l’harmonie des combinaisons des saveurs, vous permettra d’apprécier d’autant plus la carte! N’hésitez pas à demander conseils aux serveurs; en plus d’être sympathiques, ils vous feront d’excellentes suggestions. Du tartare de saumon au foie gras en passant par le thon blanc et les gnocchis, tout y était succulent. Naturellement, le serveur ne suggérait pas les shooters de Grey Goose comme trou normand, mais ils rendaient le tout plus festif en ce vendredi soir!

Bref, ce restaurant est déjà un incontournable du quartier et il est à parier qu’il le sera encore très longtemps.
Vous ai-je mentionné qu’une réservation est très fortement suggérée? 😉

6389 boulevard Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2S 3C3
IMG_0538 IMG_0545 IMG_0565IMG_0556 IMG_0555IMG_0570

Le quartier de Rosemont renferme de nombreux trésors tel que le restaurant Pastaga situé au 6389 boulevard St-Laurent.

Il y avait longtemps que je désirais essayer ce restaurant aux critiques élogieuses. Ce n’était pas la première fois par contre que j’y mettais les pieds. Un an plus tôt, j’y arrêtais spontanément, mais faute de réservation, je n’y étais resté qu’une minute.

Cette fois-ci, j’avais une réservation question de ne pas me faire prendre! La première chose qui frappe en y entrant est certainement la disposition de la salle. Le Pastaga est plus qu’une simple invitation à dégustation culinaire puisque vous avez pratiquement accès à la cuisine du chef Martin Juneau qui fait partie intégrante du décor. L’ambiance tamisée est parfaite tant pour une soirée entre amis ou un repas un peu plus romantique. Dans l’idée de savourer plus d’un plat à la fois, les portions sont plus petites qu’un plat principal pour que vous en commandiez plusieurs. Il est suggéré d’en commander deux par personne. Le résultat, très gouteux grâce à l’harmonie des combinaisons des saveurs, vous permettra d’apprécier d’autant plus la carte! N’hésitez pas à demander conseils aux serveurs; en plus d’être sympathiques, ils vous feront d’excellentes suggestions. Du tartare de saumon au foie gras en passant par le thon blanc et les gnocchis, tout y était succulent. Naturellement, le serveur ne suggérait pas les shooters de Grey Goose comme trou normand, mais ils rendaient le tout plus festif en ce vendredi soir!

Bref, ce restaurant est déjà un incontournable du quartier et il est à parier qu’il le sera encore très longtemps.
Vous ai-je mentionné qu’une réservation est très fortement suggérée? 😉

6389 boulevard Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2S 3C3
IMG_0538 IMG_0545 IMG_0565IMG_0556 IMG_0555IMG_0570[:]

Le 176 rue Jean-Talon Est – Découverte de Villeray

Une nouvelle épicerie spécialisée a officiellement ouvert ses portes ce jeudi, tout juste à côté du bar Le Pourvoyeur dans Villeray.

Le commerce, situé au 176 rue Jean-Talon Est, est associé à la «Pourvoirie» (déclinaison du Pourvoyeur), «Ils en Fument du Bon» et «Les Canards du Lac Brôme»! En bref, vous aurez compris que l’on y retrouve en très grande majorité de la viande!
Avec l’immense variété de saucisses et charcuteries à la fois artisanale et de qualité supérieure qu’il y a sur place, les habitants du secteur ne manqueront pas de choix en la matière pour impressionner les convives durant le temps des fêtes! De plus, vous y trouverez volailles, sauces à spaghetti, craquelins, foie gras, pâtés et on en passe! Sous peu, il sera même possible de s’y procurer des bières de microbrasserie!

Un arrêt à ce nouveau commerce vous donnera l’eau à la bouche!

176 rue Jean-Talon Est, Montréal, Québec, H2R 1S7
176 Jean-Talon E.
176 Jean-Talon E.
176 Jean-Talon E.
176 Jean-Talon E. 176 Jean-Talon E.

Une nouvelle épicerie spécialisée a officiellement ouvert ses portes ce jeudi, tout juste à côté du bar Le Pourvoyeur dans Villeray.

Le commerce, situé au 176 rue Jean-Talon Est, est associé à la «Pourvoirie» (déclinaison du Pourvoyeur), «Ils en Fument du Bon» et «Les Canards du Lac Brôme»! En bref, vous aurez compris que l’on y retrouve en très grande majorité de la viande!
Avec l’immense variété de saucisses et charcuteries à la fois artisanale et de qualité supérieure qu’il y a sur place, les habitants du secteur ne manqueront pas de choix en la matière pour impressionner les convives durant le temps des fêtes! De plus, vous y trouverez volailles, sauces à spaghetti, craquelins, foie gras, pâtés et on en passe! Sous peu, il sera même possible de s’y procurer des bières de microbrasserie!

Un arrêt à ce nouveau commerce vous donnera l’eau à la bouche!

176 rue Jean-Talon Est, Montréal, Québec, H2R 1S7
176 Jean-Talon E.
176 Jean-Talon E.
176 Jean-Talon E.
176 Jean-Talon E. 176 Jean-Talon E.[:]