Plateau Mont-Royal: Nouveau Café-Bistro Français

ENTREVUE AVEC THOMAS ET INGRID, Propriétaires du P’tit Rustik – 4057, rue Drolet, Montréal, Qc, H2W 2L5 

*réalisée par Nathalie Carrière (interviewer) et Guillaume Gorini (photographe)


Thomas et Ingrid, racontez-moi comment vous est venue l’idée d’ouvrir un charmant café-resto, Le P’tit Rustik?

Nous nous sommes rencontrés en France. Ingrid travaillait dans une école hôtelière, et moi, j’ai grandi dans la restauration, puisque ma mère a repris le restaurant familial. J’ai payé mes études en finance en travaillant là-bas durant les week-ends et les vacances d’été. Ce fut un grand coup de foudre entre nous, et nous sommes ensemble depuis trois ans. Étant Canadienne, Ingrid a dû rentrer au pays et je suis venu lui rendre visite en vacances. Un jour, j’ai décidé de tout laisser derrière pour la rejoindre ici. Le grand saut !

 

 

Parlez-moi de ce petit commerce que vous avez lancé ensemble…

Il s’agit d’un café-resto où l’on offre le mets de prédilection de mes grands-parents, les beignets de pomme de terre, une spécialité traditionnelle familiale que l’on confectionne dans les Alpes depuis 1970, avec des ingrédients frais et beaucoup d’amour ! Après avoir fait part à ma conjointe de mon désir d’implanter ici cette tradition culinaire, j’ai monté un plan d’affaires afin de réaliser ce beau projet.

 

Votre « bébé » est donc finalement né ?

Oui, nous venons tout juste d’ouvrir ! Nous avons travaillé très fort pour trouver un local qui nous convenait. Nous avons tout fait nous-mêmes, du bar aux tables, en passant par les coussins. Nous avons investi tous nos efforts dans ce projet. Notre concept est simple : nous cuisinons tout maison, avec des produits d’agriculture locale dont des pommes de terre du Québec. Ingrid et moi avons plein de savoureuses recettes à faire découvrir aux gens du Plateau Mont-Royal.

 

Vous habitez vous-même le Plateau ?

Oui, sur la rue Marquette, en face du Parc Lafontaine. À force de persévérance, nous avons déniché un local dont le propriétaire nous a donné un précieux coup de main. Notre beau rêve s’est finalement concrétisé. Sur le Plateau, les gens sont très curieux, très funky, ils ont soif de découvertes. Le Plateau est un endroit unique sur l’Île de Montréal, un secteur qui a véritablement une âme…

 

LES MAÎTRES D’ŒUVRE DU PROJET ARDESIA – entrevue avec Michael Courrier et Luc Latreille

Projet Ardesia : 1121 Marie-Anne Est, Plateau Mont-Royal

entrevue réalisée par Nathalie Carrière
 Entrevue avec MICHAEL COURRIER, de DOREM LEANOR

Michael, vous êtes promoteur immobilier à la tête de Dorem, votre entreprise. Parlez-moi du défi que représente le développement de condos sur le Plateau Mont-Royal ?

J’ai commencé sur le Plateau il y a une douzaine d’années. J’ai notamment appris à me familiariser et à composer avec les règlements de la Ville de Montréal. Tout le monde trouve difficile de construire sur le Plateau, d’obtenir tant les permis que l’espace pour le stationnement et les conteneurs, par exemple. Mais je suis habitué à ces difficultés. Il est tellement agréable d’avoir différents projets sur le Plateau. J’aime l’environnement, les petites rues et les restos, l’atmosphère et le charme sans équivalent de cet arrondissement.

 

Il ne doit pas toujours être facile de trouver des emplacements à développer ?

En fait, tellement de gens veulent acheter là-bas qu’un grand nombre de promoteurs et de constructeurs sont à l’affût. Dès que quelque chose sort sur MLS, plusieurs investisseurs potentiels se rendent aussitôt à l’emplacement pour évaluer l’endroit et prendre des photos.

 

La qualité des relations avec les différents intervenants est essentielle ?

Oui. Il faut savoir entretenir ses contacts avec les gens qui voisinent le site des projets, et avoir développé une bonne réputation face à la Ville, ce qui est mon cas. Il faut par-dessus tout apprendre à rester zen devant les nombreux obstacles que l’on rencontre avant qu’un projet se concrétise. Les résidents apprécient grandement que les nôtres n’entraînent jamais l’éviction de locataires pour du développement à tout prix. Mon approche se veut très respectueuse.

Parlez-moi du projet Ardesia… À quoi ressembleront ces condos ?

Il s’agit d’un projet de 14 unités de condos et maisons de ville qui partagent une entrée et une cour communes. Chaque unité sera dotée d’une terrasse, balcon ou cour privée, et il n’y aura aucun corridor commun, ce qui permettra à chaque unité de disposer de sa porte d’entrée privée. Nous avons conçu un design qui favorise la plus grande intimité possible pour ceux qui ont la chance d’acquérir une unité. Ardesia est un projet très complexe par sa conception. Les gens pourront découvrir concrètement à quel point l’architecture est spectaculaire. Le projet devrait être prêt au printemps 2018.

 

On pourrait parler d’une petite communauté ?

Oui. Ce qui est bien avec ce projet, c’est que nous nous sommes aussi impliqués à une échelle très locale, au niveau de la communauté, par exemple pour l’établissement d’une ruelle verte. Comme il s’agit d’une démarche complexe, j’ai pris l’initiative d’aller voir tous les voisins des rues adjacentes. Nous avons formé un comité et proposé des plans d’aménagement qui ont été acceptés. Je suis très fier de cette réalisation.

Vous ne vous contentez pas de réaliser des projets de condos. Vous tenez compte de l’environnement et de la population qui y vit…

Oui, les résidents du quartier voient le promoteur de condos, mais ils voient aussi un homme qui prend la peine de frapper à leur porte, de prendre leur pouls pour un projet vert, de s’impliquer dans leur quartier pour en améliorer la qualité de vie. Une fois par année, il y a aussi ce qu’on appelle « La corvée des ruelles » à laquelle je participe, sou

vent à la surprise de plusieurs. Les citoyens se rassemblent avec de l’équipement fourni par la Ville pour nettoyer leur ruelle.

 

Vous êtes deux associés dans le projet Ardesia, regroupés sous le nom Dorem Leanor. Quel est le rôle de chacun ?

Luc Latreille et moi-même avons décidé de nous associer afin de développer des projets qui allaient nous permettre de faire évoluer nos entreprises respectives. Nous voulions aussi que chacun puisse se consacrer à sa spécialité. Menuisier d’expérience, Luc est très efficace en ce qui concerne les chantiers, l’exécution et les négociations avec les sous-traitants, notamment. De mon côté, ma formation en administration et en gestion me permet de voir à l’aspect administratif des projets, de la prospection aux démarches vis-à-vis les banques, les courtiers et les acheteurs.

 

À force d’y développer de beaux projets, vous vous êtes vous-même attaché au Plateau Mont-Royal. Au point où vous souhaitez vous y installer…

Oui. Sur le Plateau, j’ai mes secteurs préférés, comme le segment qui se trouve au nord de l’avenue Mont-Royal. Je suis particulièrement attiré par le quadrilatère formé par les rues Saint-Denis, Papineau, Rachel et Saint-Joseph. La zone s’étendant du métro Mont-Royal en s’en allant vers l’est me plaît tout spécialement. Lorsque je me promène dans les rues du Plateau, c’est une immense satisfaction de contempler le fruit de notre travail en termes de condos.

 

 

Qu’en est-il de ceux qui en font l’acquisition ? Ils en sont satisfaits ?

Lorsque les gens prennent possession de leur nouvelle acquisition et qu’ils m’appellent pour me dire à quel point ils sont bien, à quel point ils sont heureux de s’y installer, c’est ma véritable récompense. Ils m’invitent même pour me faire voir comment ils ont aménagé leur espace, leur terrasse ou leur cuisine. Leur satisfaction devient la mienne, ce qui vaut tous les efforts du monde !

Quel est l’avenir du Plateau, selon vous, en termes de qualité d’investissement pour les acheteurs ?

 L’avenir continue d’être radieux. Je souris lorsque j’entends les gens dire que le Plateau est « saturé », qu’il y a moins de place pour de nouveaux projets et qu’il est préférable d’acheter en périphérie. Je ne crois pas à l’affirmation qui veut qu’il aurait été mieux d’acheter il y a dix ans. Ce sont des excuses pour ne pas se lancer. Sur le Plateau, il y a toujours d’excellentes affaires à faire. Le Plateau continue d’être un endroit fantastique, unique par son originalité, son charme indéniable, son côté pratique et sa qualité de vie.

Entrevue avec LUC LATREILLE, DOREM LEANOR 

Vous êtes contracteur et menuisier de métier…
À la base, j’étais dans le domaine de la médecine : technologue en radio-oncologie. À 25 ans, je me suis rendu compte que j’avais envie d’un autre type de défi. Puisque ma grande passion est la construction, j’ai décidé de m’y consacrer entièrement. J’ai suivi une formation complète de soir en menuiserie. Après quatre ans, j’ai décidé de me lancer à mon compte. Je suis en affaires depuis maintenant six ans.

 

Vous avez un intérêt particulier pour les constructions haut de gamme…
 Oui, même si je suis ouvert à tous les types de projets. Dans le contexte de constructions haut de g
amme, une relation très intéressante se crée avec les clients, car ils désirent des éléments spécifiques dans leur résidence. Nous collaborons avec les meilleurs designers pour répondre à leurs besoins. Le haut de gamme est moins une affaire de coûts qu’une question de repousser les limites de ce qui est réalisable pour eux. C’est là que le défi devient passionnant. Lorsque des magazines et des concours de design soulignent par une première page ou des prix le caractère exceptionnel de certaines de nos réalisations, je me dis que j’ai choisi la bonne voie.

 

Parlez-moi d’Ardesia, le projet très prometteur né de votre association avec Michael Courrier ?

Comme j’ai constamment été animé par l’ambition d’aller toujours plus loin dans le domaine, j’ai proposé à Michael une association qui permettrait d’unir nos forces et nos compétences. Michael et moi avons passablement la même vision de notre métier. Moi, ce qui m’intéresse est davantage l’aspect construction, alors que mon associé s’occupe du côté relationnel, des clients et du volet administratif. L’excellente communication que nous avons et la synergie créée par l’addition de nos capacités et de notre expérience nous permet d’avancer à plus grands pas.

Que représente pour vous le projet Ardesia ?

C’est le projet d’une vie. C’est notre projet fort, auquel nous avons donné beaucoup d’amour. Nous sommes une jeune entreprise qui a le vent dans les voiles en ce qui concerne le développement de multi-condos. Ardesia est un mot italien qui signifie « ardoise », un matériau qui sera très présent dans le projet, sans compter l’utilisation du bois, de la pierre et du métal. Notre démarche se veut aussi écoresponsable, avec le respect du quartier et de la nature dans lesquels ce projet s’intégrera, tout ça dans un souci de grande harmonie.

Quelle est ta vision personnelle du Plateau Mont-Royal ?

Je suis un amoureux de Montréal. J’aime l’esprit du Plateau, l’ambiance, les commerces de proximité. Je savais que nous comblerions les attentes d’une certaine clientèle par un projet comme le nôtre. Nous sentons que nous apportons de la valeur au quartier. De plus, le fait d’avoir accès à une gamme très variée de restos est quelque chose que l’on apprécie quand nous souhaitons prendre une pause du travail.

Croyez-vous que le Plateau pourra être dans l’avenir le lieu privilégié d’autres projets de prestige ?

Je pense que oui. Ce que j’ai constaté de l’intérieur, c’est que les résidents du Plateau tiennent à y rester parce qu’ils adorent leur milieu de vie. Les gens ont leurs petites habitudes, les endroits qu’ils chérissent.

Quels sont vos plus grands défis en ce qui a trait au développement ?

Il est certain qu’ils sont multiples, surtout en ce qui concerne l’obtention de permis et les délais, par exemple. Aussi, à cause de la promiscuité, il y a une grande exigence de respect envers le voisinage durant les travaux, ce qui n’existe nulle part ailleurs comme sur le Plateau. L’accès au chantier, la coordination, le contrôle du bruit, tout cela est à prendre en considération. Les nombreux défis viennent avec le plaisir d’y construire…

 

 

Le Boisé du Parc à Boucherville: LA GENÈSE

 

Par Nathalie Carrière

Entrevue avec DENIS MESSIER, promoteur

 

 

Denis Messier, vous êtes l’un des rouages importants de la construction résidentielle de grande qualité au Québec. Quel a été votre rôle dans le projet Boisé du Parc ?

Je m’occupais du développement de terrains et du financement, en collaboration avec Martin Racicot, à qui je vendais des terrains sur lesquels il bâtissait.

 

 

À qui appartenait ce vaste espace avant que vous en fassiez l’acquisition ?

Le terrain appartenait à un groupe hollandais. La transaction a été finalisée vers 2002.

 

 

Aviez-vous en tête que des propriétés aussi belles et imposantes y seraient construites un jour ?

Je savais que les résidences de ce secteur seraient de plus en plus prestigieuses. Il y avait de toute évidence un marché pour ce type de propriétés.

 

 

À quoi ressemblait cette zone avant que la construction ne débute ?

Il s’agissait d’un secteur boisé. Nous avions le défi de tenir compte de l’environnement naturel et de la présence de grenouilles, ce pour quoi j’ai dû débourser l’équivalent d’un million et demi le pied carré. Je ne regrette nullement de l’avoir fait.

 

Comment ont réagi les résidents lorsqu’ils ont appris que de nouvelles maisons seraient construites ?

Les gens ne voient jamais d’un bon œil l’arrivée éventuelle de nouveaux voisins, ce qui est normal, surtout sur un tel territoire. Mais le développement a été respectueux tant de l’environnement que des résidents déjà présents.

 

Êtes-vous heureux de voir ce que le secteur est devenu avec le temps ?

Absolument. J’éprouve beaucoup de satisfaction chaque fois que je me ballade dans le quartier. Je suis fier d’être à l’origine de ce projet grandiose, dont le résultat est admirable. J’ai investi tout ce que j’avais pour son développement, ce qui m’a valu d’être qualifié de visionnaire, un beau compliment.

 

 

À quel point étiez-vous convaincu du potentiel du projet ?

Je savais que j’étais le seul sur la Rive-Sud à détenir des terrains aussi vastes, situés un peu à l’extérieur du centre-ville et à cinq minutes seulement des autoroutes. Cela dit, je n’aurais jamais pensé que d’aussi majestueuses résidences y seraient édifiées, dont plusieurs propriétés dépassant les deux millions. Le Boisé du Parc est devenu extrêmement prestigieux.

 

Boucherville trône au sommet du classement 2015 du magazine MoneySense comme la meilleure ville où vivre au Canada. Êtes-vous d’accord avec cette affirmation ?

Oui. C’est une ville très bien située, paisible et pratique, où la qualité de vie est l’une des plus élevées que l’on puisse trouver. Un élément essentiel qui explique que plusieurs personnalités publiques ont choisi de vivre au Boisé du Parc.

 

 

Y a-t-il une des phases du développement dont vous êtes particulièrement satisfait?

Je trouve que l’ensemble du projet est réussi, mais si vous me posez la question, j’apprécie particulièrement ce qui a été fait en phase 2, sur la rue des Châtaigniers. Le dernier projet de maisons semi-détachées qui a été réalisé avec le Groupe Pépin fait ma fierté.

 

Croyez-vous qu’il y aura un jour des trottoirs au Boisé du Parc ?

 Jamais ! L’idée de base était de préserver l’aspect champêtre du secteur. C’est pour ça que j’ai creusé de légers fossés à la base des terrains, de chaque côté des rues.

 

Quelles sont les principales qualités d’un bon entrepreneur ?

Il faut évidemment avoir de la vision, mais je dirais qu’il faut aussi démontrer une grande confiance en soi, faire preuve d’audace et avoir le goût du risque. À l’époque où j’ai acheté des terrains ici, certains m’ont prédit un échec. Ça n’a pas été le cas, bien au contraire. Plus on tente de me décourager, plus je travaille fort pour démontrer que je suis sur la bonne voie.

 

Parmi l’ensemble de vos réalisations en carrière, laquelle vous rend le plus fier ?

Je suis fier de tous mes projets, mais ce que j’ai réalisé ici est en tête de liste. Le projet Boisé du Parc en était un d’envergure, qui comprenait la construction de plus de 300 unités. De surcroît, je n’avais jamais œuvré sur un projet incluant des résidences aussi imposantes et élégantes, et ce dans un cadre naturel. Les gens de l’extérieur qui viennent faire leur tour ici repartent éblouis. C’est sans l’ombre d’un doute le plus beau projet de toute la Rive-Sud.

 

Quels sont vos autres projets actuellement en marche ?

Dans le secteur de Boucherville, presque un million de pieds carrés me restent derrière le terrain de pratique du golf. Il y a aussi des projets à Bromont, toujours en collaboration avec Martin Racicot. J’ai un projet également en cours à Sainte-Adèle.

 

Quelle est présentement la disponibilité des terrains au Boisé du Parc ?

Actuellement, 95 % des terrains sont vendus. Il reste un secteur de 400 000 pieds carrés à développer, pour lequel nous sommes en négociation avec la Ville de Longueuil.

 

Entrevue avec MICHEL PÉPIN, du Groupe Pépin

 

 

Michel Pépin, vous êtes le gestionnaire du Groupe Pépin, c’est bien ça ?

Oui. Nous sommes aussi connus sous les dénominations Maisons Pépin, Habitations Pépin et Condos Pépin, selon le type de projet.

 

Vous êtes ingénieur de profession alors qu’André, votre frère, est architecte. En quoi la combinaison de ces deux compétences a fait le succès du Groupe Pépin ?

André est un visionnaire qui possède une très longue feuille de route en construction. Il a un excellent flair pour les tendances du marché. C’est un homme posé et réfléchi qui a la capacité d’influencer positivement les divers intervenants d’un projet. Pour ma part, en tant qu’ingénieur, je suis davantage axé sur la gestion et les aspects techniques comme tels. Nos compétences respectives nous permettent de bien nous compléter. Nous n’avons pas de mérite puisque nous avons grandi au sein d’une famille dont les valeurs de respect et de rectitude étaient importantes.

 

Parlez-moi de la genèse du projet Boisé du Parc. Comment tout cela a-t-il débuté ?

Tout a commencé par l’achat du terrain par mon frère André. Ce dernier et M. Denis Messier ont initié un projet commun vers 2007. André était en mesure de développer des terrains et de gérer des ententes avec la Ville et le ministère de l’Environnement.

 

Qui était propriétaire du terrain au départ ?

M. Messier était propriétaire de toute la terre jusqu’à la rue de Normandie. Il a développé les phases 1 à 4 avec ses propres constructeurs. André, mon frère, a pour sa part fait l’achat des terrains de la phase 5. Au début, M. Messier avait comme projet de construire des fermettes pour recréer une image champêtre, une idée que partageait la Ville. D’ailleurs, c’est ainsi qu’a été conçue la rue des Bois-Francs. Progressivement, les résidences ont pris une dimension plus spectaculaire, comme c’est surtout le cas sur la rue des Châtaigniers.

 

Quelle clientèle était visée pour la dernière phase de développement ?

Les gens évidemment un peu plus fortunés, généralement de professions dites libérales. Acquérir un terrain de 30 000 ou 40 000 pieds carrés n’est évidemment pas à la portée de tous, mais il y a une belle clientèle pour ce type de propriétés.

 

 

Avant le développement immobilier, à quoi ressemblait le secteur ?

C’était une forêt avec quelques marécages. Il y avait une population de grenouilles – des rainettes –, ce qui nous a obligés à céder la moitié des terrains environ. Nous avons pris des dispositions pour respecter la faune et la flore, comme de cesser de creuser au début du printemps, et ce jusqu’à l’automne, pour tenir compte de la période de croissance des rainettes.

 

Comment s’est passée la collaboration avec la Ville de Boucherville ?

 Lors de la phase 5, notre relation avec la Ville a été excellente.

 

Quelle a été la réponse des acheteurs ?

Elle a été immédiate et très enthousiaste. Les choses ont bougé très rapidement. Il y avait environ 120 terrains et nous avons construit sur une centaine.

 

 

Reste-t-il des espaces à développer ?

Il reste encore quelques terrains, mais nous prenons notre temps. C’est un investissement à long terme, pour dans quatre ou cinq ans.

 

Quelles sont à vos yeux les plus belles réalisations du Boisé du Parc ? Quel aspect vous rend le plus fier ?

L’une des propriétés que nous avons construites dans le secteur nous a valu un prix Domus du Constructeur de l’année en 2011. C’est une maison conçue avec l’ensemble des technologies de pointe de l’époque, dont la domotique, les panneaux solaires, la géothermie et les planchers chauffants à l’extérieur comme à l’intérieur. Tout y est. Nos maisons sont conçues selon un design extrêmement moderne. L’un de nos beaux succès a aussi été deux boucles de maisons jumelées, situées près d’ici. Le succès était au rendez-vous pour ces maisons haut de gamme dont les dimensions allaient de 1800 à 2400 pieds carrés. C’est un beau projet, très populaire, qui s’est très bien vendu et qui nous a attiré beaucoup d’éloges.

 

Boucherville a été classée bonne première au palmarès des villes canadiennes où il est le plus agréable de vivre. Êtes-vous d’accord ?

Je connais très bien Boucherville parce que j’y suis arrivé en 1957. Il n’y avait que 5000 habitants à l’époque ! Je peux vous confirmer qu’il fait bon vivre ici. C’est une ville paisible, bien organisée, avec de bons services. Par ailleurs, la Ville est très attentive aux projets de développement, qu’elle limite beaucoup, ce qui est un bon signe en ce qui concerne la qualité de vie des résidents. Et puis, inutile de dire à quel point Boucherville est bien positionnée, à vingt minutes seulement du centre-ville de Montréal.

 

Quelle est la superficie moyenne des terrains que l’on retrouve dans le secteur ?

La phase 5 comprend des terrains de 33 000 pieds carrés. Ailleurs, c’est entre 12 000 et 15 000 pieds carrés. Les terrains des maisons jumelées font environ 4500 pieds carrés. Dans la zone plus basse du Boisé, les terrains ont des dimensions de 35 000 à 40 000 pieds carrés. Il ne se fera plus de projets aussi exceptionnels que celui-ci.

 

 

En quoi le fait de réaliser les projets de A à Z de la conception à l’exécution représente-t-il un avantage ?  

En fait, nous sommes présents dès les premières étapes, soit l’acquisition des terrains et la réalisation des infrastructures. Nous avons intégré toute la chaîne, ce qui fait en sorte que nous pouvons contrôler tout le processus. Ainsi, notre satisfaction est encore plus grande de voir les gens s’installer dans l’une ou l’autre de nos maisons.

 

Quelle est l’approche adoptée pour que ces maisons s’intègrent le mieux possible à l’environnement et le respectent ?  

Nous concevons des maisons très fenestrées. Une bonne intégration est aussi une question de formes, de volumes, de couleurs, de choix des matériaux et de positionnement des maisons. Lorsque nous avons créé les rues des Églantiers et des Noisetiers, nous avons sauvegardé beaucoup d’arbres en les replantant à des endroits stratégiques. Il était important pour nous d’en sacrifier le moins possible et de les mettre en valeur. On aurait pu tout raser et se contenter de planter quelques petits arbres, mais nous voulions préserver le caractère mature de ce boisé. Nous n’avions aucune obligation de le faire, et tout a été à nos frais.

 

 

Le Groupe Pépin est très axé sur le service à la clientèle. En quoi est-ce important pour vous ?

C’est essentiellement une question de renommée. D’abord, les promoteurs veulent nous impliquer dans les projets parce que nous sommes des gens sérieux et fiables. Un bon service à la clientèle rend les choses plus agréables tant pour les clients que pour nous. Côté gestion, des relations saines créent moins de problèmes. À l’époque où j’œuvrais dans le domaine de l’automobile, mon équipe remportait des prix pour la satisfaction de la clientèle. J’ai appliqué les mêmes principes lorsque nous avons formé le Groupe Pépin. Il y a un coût relié au fait de ne jamais tourner les coins ronds, mais ce n’est rien comparé aux bénéfices que l’on retire d’un excellent service à la clientèle.

 

Peut-on dire qu’une telle attitude génère un bouche-à-oreille positif ?

Absolument. Quand les gens achètent une maison du Groupe Pépin, ils savent à quoi s’attendre. Ce n’est pas pour rien que nous avons remporté des prix Domus et que nous avons été finalistes à tant de reprises…

 

 

SPECTACULAIRE RÉSIDENCE À OUTREMONT – 1641 Lajoie – MLS11348257

 

Revêtement de pierre. 4 chambres à coucher + 3 salles de bain + 1 salle d’eau. Espaces vastes & lumineux. Cuisine gastronomique à concept ouvert. Suite des maîtres avec Walk-in. Plancher de bois franc impeccable. 2 Foyers + 2 celliers. Terrasse et cour orientée Ouest. De biais au parc Joyce. Garage intégré. Rénovée avec goût  !

3679-alex parent

NOBLE ET ÉLÉGANTE

Cette résidence familiale au charme indéniable est située de biais au parc Joyce, un secteur fort convoité d’Outremont.

Les fenêtres abondantes, la présence de matériaux nobles tels que la pierre et le granite, de même que la générosité et la convivialité des pièces en font un lieu d’exception

 

3681-alex parent3690-alex parent3694-alex parent3708-alex parent3709-alex parent3714-alex parent3715-alex parent3717-alex parent

[:en]Revêtement de pierre. 4 chambres à coucher + 3 salles de bain + 1 salle d’eau. Espaces vastes & lumineux. Cuisine gastronomique à concept ouvert. Suite des maîtres avec Walk-in. Plancher de bois franc impeccable. 2 Foyers + 2 celliers. Terrasse et cour orientée Ouest. De biais au parc Joyce. Garage intégré. Rénovée avec goût  !

3679-alex parent

NOBLE ET ÉLÉGANTE

Cette résidence familiale au charme indéniable est située de biais au parc Joyce, un secteur fort convoité d’Outremont.

Les fenêtres abondantes, la présence de matériaux nobles tels que la pierre et le granite, de même que la générosité et la convivialité des pièces en font un lieu d’exception

 

3681-alex parent3690-alex parent3694-alex parent3708-alex parent3709-alex parent3714-alex parent3715-alex parent3717-alex parent

GRAND TOWNHOUSE À VENDRE AVEC COUR PRIVÉE, SOUS-SOL AMÉNAGÉ ET GARAGE – 844 de l’Épée, Outremont 549 000$ MLS12636208

0082-alex-parent

SPACIEUSE PROPRIÉTÉ sur 2 étages. Cuisine, salon et salle à manger à air ouverte. 3 chambres fermées + 3 salles de bain. Plancher de bois franc. Cuisine élégante et fonctionnelle. Foyer. Grande cour arrière et terrasse privée. Stationnement intérieur. On craque pour son charme et son emplacement de choix

Voir la propriété

0082-alex-parent

SPACIEUSE PROPRIÉTÉ sur 2 étages. Cuisine, salon et salle à manger à air ouverte. 3 chambres fermées + 3 salles de bain. Plancher de bois franc. Cuisine élégante et fonctionnelle. Foyer. Grande cour arrière et terrasse privée. Stationnement intérieur. On craque pour son charme et son emplacement de choix

/fr/proprietes/12636208

 

ARDESIA – 14 UNITÉS DE CONDOS NEUFS 1121 Rue Marie-Anne Est, Plateau Mont-Royal (Montréal) H2J 2B6 MLS9568744

[:fr]

ECO-PROJET DE 14 CONDOS NEUFS. Design innovateur. Espaces de vie à aire ouverte. Lumineux. Ardoise, quartz et granite à l’honneur. Plancher bois. Douches en céramique. Espace pour rangement à vélo. Cour intérieur verte. Projet eco-responsable. Emplacement exceptionnel – coeur du Plateau Mont-Royal. Garantie 5 ans. UN EXCELLENT INVESTISSEMENT

www.ardesiacondos.com

 

03_oct_facade

VOICI L’UNITÉ 105 SITUÉE AU REZ-DE-CHAUSSÉE

/fr/proprietes/9568744

plans-de-vente-105

VOICI UNE UNITÉ AU 3ième AVEC TERRASSE SUR LE TOIT

/fr/proprietes/26725655

plans-de-vente-102

VOICI UNE UNITÉ AU 2ième AVEC 2 CHAMBRES À COUCHER

/fr/proprietes/14007917

plans-de-vente-204

VOICI UNE PRISE DE VUE DE LA COUR INTÉRIEUR

03_oct_cote

[:en]ECO-PROJET DE 14 CONDOS NEUFS. Design innovateur. Espaces de vie à aire ouverte. Lumineux. Ardoise, quartz et granite à l’honneur. Plancher bois. Douches en céramique. Espace pour rangement à vélo. Cour intérieur verte. Projet eco-responsable. Emplacement exceptionnel – coeur du Plateau Mont-Royal. Garantie 5 ans. UN EXCELLENT INVESTISSEMENT

www.ardesiacondos.com

 

03_oct_facade

VOICI L’UNITÉ 105 SITUÉE AU REZ-DE-CHAUSSÉE

/fr/proprietes/9568744

plans-de-vente-105

VOICI UNE UNITÉ AU 3ième AVEC TERRASSE SUR LE TOIT

/fr/proprietes/26725655

plans-de-vente-102

VOICI UNE UNITÉ AU 2ième AVEC 2 CHAMBRES À COUCHER

/fr/proprietes/14007917

plans-de-vente-204

VOICI UNE PRISE DE VUE DE LA COUR INTÉRIEUR

03_oct_cote[:]

À VENDRE 1641 Lajoie, Outremont MLS 10156320 – 1 459 000$

 

6980_alex-parent
MAJESTUEUSE RÉSIDENCE FAMILIALE. Revêtement de pierre. 4 chambres à coucher, 2 salles de bain, 2 salles d’eau. Pièces généreuses et conviviales. Cuisine fonctionnelle. Plancher en chêne avec insertion de noyer. Escalier et boiseries en acajou. Terrasse orientée ouest. Garage intégré. De biais au Parc Joyce. Merveilleusement bien entretenue et rénovée
7001_alex-parent
7006_alex-parent
7002_alex-parent
http://www.remax-quebec.com/fr/maison-a-vendre-montreal/1641-av-lajoie-outremont-10156320.rmx?fromsearch=agentListings_19677

 

6980_alex-parent
MAJESTUEUSE RÉSIDENCE FAMILIALE. Revêtement de pierre. 4 chambres à coucher, 2 salles de bain, 2 salles d’eau. Pièces généreuses et conviviales. Cuisine fonctionnelle. Plancher en chêne avec insertion de noyer. Escalier et boiseries en acajou. Terrasse orientée ouest. Garage intégré. De biais au Parc Joyce. Merveilleusement bien entretenue et rénovée
7001_alex-parent
7006_alex-parent
7002_alex-parent
http://www.remax-quebec.com/fr/maison-a-vendre-montreal/1641-av-lajoie-outremont-10156320.rmx?fromsearch=agentListings_19677

 

À VENDRE 4939 boul. de Maisonneuve O., Westmount 1049000$ MLS 22887875

0147-alex-parent

ÉLÉGANTE MAISON – Victoria Village. 4 chambres à coucher à l’étage, 2 salles de bains + 1 salle d’eau rénovées. Boiseries et moulures d’origine. Cuisine conviviale avec sortie vers le jardin. Grande cour arrière. Stationnement pour 2 voitures. À quelques minutes du Métro Vendôme et du nouveau CUSM. Emplacement idéal. Occasion unique.0152-alex-parent_crop0159-alex-parent_crop0167-alex-parent_crop0171-alex-parent_crop

719 Rue des Châtaigniers, Boucherville (Le Boisé) 2 280 000 $ – MLS 15487624

0452-alex-parent

ARCHITECTURE DE MARQUE signée Mario Adornetto. Finitions & matériaux d’une qualité remarquable. Cuisine gourmet – îlot central. Somptueuse suite des maîtres. Véranda 4 saisons. Plancher bois Ipé. Haut plafond. Luminosité exceptionnelle. Majestueuse cave à vin. Cinéma maison. Garage triple. 65 000 pieds carrés de terrain magnifiquement bien aménagé

0470-alex-parent

0481-alex-parent

0513-alex-parent